Promenades Les pierres de légendes à Wéris (Durbuy), le lit du diable, la pierre Haina, Pas Bayard

chemin de la promenade les pierres de légende à Wéris-Durbuys

Brève description de la promenade

Passant par la Pierre Haina et le Lit du Diable, ces itinéraires permettent de découvrir la belle variété de paysages qu’offre la forêt, ses essences, les plantes et  les oiseaux qui l’habitent.

Un peu d’explications

La Pierre Haina

Au départ, empruntez la Rue du Mont. Après 1 km, vous apercevez sur la droite, au sommet de la crête, la Pierre Haina. Plusieurs légendes y sont attachées. Appelée aussi “le Boussu Curé”, elle serait un prêtre mécréant que Dieu aurait puni en le pétrifiant. On dit aussi qu’elle bouche un trou menant au centre de la Terre. Parfois le diable la soulève pour sortir et se livrer à des méfait. Ensuite, il se repose sur le Lit du Diable, autre pierre curieuse que vous apercevrez un peu plus loin, au bord du chemin à gauche .

Deux essences forestières très présentes: le chêne et le pin sylvestre

Dès le début de la promenade vous remarquerez, dans les pâtures les quelques groupes de chênes (assez présents sur les sites archéologiques du village). Deux espèces différentes sont présentes. Le gland du chêne sessile ne possède pas de pédoncule mais bien la feuille, tandis que le gland du chêne pédonculé  possède un pédoncule contrairement à la feuille.
Sur la crête, au-dessus de la Pierre Haina vous rencontrez cette essence résineuse qui apprécie particulièrement le soleil et supporte bien la sécheresse : le Pin sylvestre. Signalons également que cette promenade se trouve sur la Calestienne (bande calcaire). Le pin sylvestre est une essence n’affectionnant pas beaucoup les terrains calcaires ou basiques.
En effet, chaque plante a ses conditions idéales pour germer, grandir, se reproduire. Mais parfois, dans des conditions moins favorables, elle pousse plus lentement et se reproduit plus difficilement…
Le pin est une essence qui fut et est encore utilisée pour les charpentes et l’industrie du meuble (extérieure souvent). Cette essence possède également de nombreuses propriétés médicinales (les aiguilles sont reconnues être riches en vitamines A et C).

Chut…des oiseaux chantent

Soyez attentif, car le milieu semi-ouvert, càd le milieu entre la forêt et les pâtures, accueille une multitude d’oiseaux. Vous pourrez  les observer en étant discret. Les grives musiciennes (elles chantent deux à trois notes identiques puis changent de note…affectionnent particulièrement les jeunes plantations de hêtres.  D’autres essences telles que le sorbier, le charme, le bouleau et bien d’autres les envahissent naturellement.  Vous entendrez les grives surtout au moment de la reproduction au printemps.Vous observerez la plupart des mésanges (bleue, charbonnière, nonnette, noire, huppée et à longue queue), le pinson des arbres (avec ses deux barres blanches scapulaires visibles sur les épaules et les ailes repliées). Bien d’autres espèces, plus communes, sont présentes comme le merle noir, le geai des chênes ou encore la pie bavarde…

Des plantes typiques des sols calcaire

Le reste du parcours dévoile par endroits des plantes de sols calcaires, comme des tapis entiers d’anémones sylvies  si vous l’effectuez au printemps.
Pour le grand circuit, dans la zone très éclairée, se développe naturellement une végétation pionnière et héliophile (qui aime la lumière) : le bouleau verruqueux (les chatons mâles libèrent leur pollen quand les feuilles se déploient) , la germandrée scorodoine (floraison de juillet à septembre), la bruyère commune (floraison de juillet à septembre) et la ronce dont on peut savourer le fruit (la mûre) durant les mois d’août à octobre.

Des résineux

La fin des parcours en forêt vous fait longer de jeunes plantations d’épicéas (pessières) mélangées quelquefois avec des douglas (ses aiguilles sont plus souples et parcourues d’une ligne plus claire sur la face inférieure ; à leur jeune âge l’écorce est recouverte de petites boules de résine à l’odeur de citronnelle). Ce genre de couvert est l’endroit idéal pour rencontrer le roitelet. Cet oiseau minuscule, rondelet, ébouriffé, à queue et bec très fins se faufile acrobatiquement dans les rameaux .
De juin à août, vous aurez la chance d’être enivré par le doux parfum du chèvrefeuille. Liane à fleurs en trompette très odorantes donnant naissance à des petits fruits d’un rouge vif, elle est également liée au calcaire.

Les blocs de poudingue

Tout au long de la promenade, on remarquera de nombreux blocs de poudingue. On passera même à proximité d’un endroit dénommé “la carrière” , où d’énormes quartiers de rocs sont enchevêtrés les uns dans les autres.

Infos pratiques

Départ : Wéris (place Arsène Soreil)
Balise: croix bleue ou verte suivant la distance
Distance : 5 et 7,5 Km
Durée approximative : 1 h 40 et 2 h 30
Difficulté : moyenne
Caractéristiques : forêt – zones rurales – bottes par temps humide

Si le fichier s’ouvre directement dans le navigateur :

  • sur ordinateur, clic droit + Enregistrer la cible du lien sous.
  • sur téléphone, appui long + Télécharger le lien